Les bénévoles et la formation dans le milieu communautaire, associatif et coopératif .

images (106)

Octobre et son festival des couleurs touchent à leur fin !

Novembre annoncera-t-il son cortège de grisaille , pluie , première neige ? Probablement !!

C’est cette période de l’année que j’ai choisi pour aborder un sujet qui me tient à coeur :

Les bénévoles et la formation dans le milieu communautaire , associatif et coopératif .

  • images (1)Être bénévole ?

    Dans presque tous les organismes communautaires, des personnes accomplissent un travail sans être rémunérées.

Des citoyens  s’engagent pour une cause, pour un projet, pour contribuer au mieux-être d’un groupe de personnes. Ils sont le tissu social et  cette coopération est précieuse pour tous.

Les bénévoles s’impliquent dans plusieurs tâches

Les bénévoles participent au conseil d’administration ou à un comité de développement d’un projet.

Ils participent  à la vie associative et démocratique de l’organisme.

Les organismes communautaires constituent des milieux de vie, d’entraide, d’implication et de participation citoyenne.

Les bénévoles doivent avoir :

  • des attitudes plus que des compétences

un bon équilibre psychologique

une bonne condition physique

une écoute attentive

agir de façon humaine et respectueuse de la personne

faire preuve de régularité et de disponibilité selon le type d’engagement

L’action des bénévoles est généreuse, noble. La plupart du temps, elle est également silencieuse, car les bénévoles sont très souvent des travailleurs de l’ombre. Ces gens de ceour, on les trouve partout au Québec et dans plusieurs sphères d’activité. Ils sont plus de deux millions de personnes à consacrer annuellement près de 310 millions d’heures de bénévolat dans toutes les régions du Québec.

  • il existe un programme de soutien aux initiatives sociales et communautaires qui vise à soutenir des projets de recherche, d’évaluation, de formation et d’expérimentation en matière d’action communautaire et d’action bénévole.

http://www.mess.gouv.qc.ca/sacais/soutien-financier/soutien_sacais/MESS/action-commun-benevole/index.asp

Les bénévoles sont des ressources précieuses. images (2)

Mais en ces temps d’individualisation , de replis sur soi-même , il me semble que nous devrions valoriser leur travail silencieux .

Dans grand nombre d ‘organisme , leur travail est comptabilisé sous forme d’heures travaillées afin de montrer aux bailleurs de fonds fédéraux, provinciaux et municipaux la masse salariale qui serait nécessaire sans eux .

Il est temps de faire un peu plus ! 

  • La gratitude envers les bénévoles s’exprime de manière informelle chaque fois qu’on leur dit  » merci « . La reconnaissance formelle est soulignée par des activités de remerciement et d’hommage organisées en leur honneur.
  • téléchargement

il existe des prix Québécois et des prix canadiens

http://cabm.net/en/node/84

L’engagement des bénévoles mérite d’être reconnu. ils sont indispensables à la société québécoise.  La vitalité du milieu communautaire et associatif passent nécessairement par la participation citoyenne.

Prenez le temps de lire :

http://loisir-sport.centre-du-quebec.qc.ca/Loisir-municipal/Action-benevole/Formation-recrutement-valorisation-benevole.aspx

  • Former des bénévoles, mais pourquoi ?images

    Diriger, animer et assumer les responsabilités d’une association et de ses activités requiert des savoirs de plus en plus importants et précis.Le milieu communautaire évolue avec la société elle-même.
    En fonction des nouveaux besoins ou de nouvelles capacités d’agir, il change selon deux axes

– adaptation (pour répondre)

– transformation (pour intervenir).

Quelques transformations durables interrogent  le fondement même de nos organismes communautaires et associatifs.
 l’augmentation importante du nombre d’organismes ( 46 000 au Québec )
 l’évolution de l’origine socioprofessionnelle des bénévoles qui sont des cadres et des professions intermédiaires ;
 l’évolution des formes d’engagement ;
 le développement de l’association comme outil des politiques publiques, renforçant le souci d’une efficacité et d’une rationalisation de l’action : expertise, production, concurrence…
 l’augmentation du nombre de salariés associatifs.

La technicisation des activités, nécessitant la mobilisation de compétences spécifiques, renvoie les bénévoles « non qualifiés » à des tâches d’exécution, au risque de ne plus assurer un minimum de promotion.C’est pourquoi la formation des bénévoles doit être une préoccupation, et ne doit pas concerner uniquement les membres du conseil d’administration,ceux qui remplissent une fonction d’encadrement ou plus généralement de responsabilité. Les exigences des politiques publiques et des fonctions gestionnaires des organismes conduisent à mettre l’accent sur la formation des bénévoles gestionnaires : administrateurs et responsables d’équipes locales… Les compétences gestionnaires, comptables et administratives sont de ce fait de en plus valorisées, de même que les capacités d’expertise techniques chez les administrateurs, au risque de sélectionner les bénévoles les plus expérimentés et intégrés dans les circuits économiques et administratifs.Voici un classement des bénévoles :
 Les bénévoles d’action : engagés quelques heures/semaine/mois (assurer des responsabilités concrètes ou des tâches pratiques ;
 Les bénévoles « coup de main » : engagés ponctuellement pour une action/main d’oeuvre (fête de quartier, festival etc.)
 Les bénévoles engagés dans la responsabilité et la conduite du projet de l’association ;ce dernier propose deux modèles

_ « le bénévole pro’ » outillé en compétences techniques, de représentation et de compréhension de l’environnement institutionnel ;
_ « le bénévole notable » qui vise aussi à occuper  une position personnelle visible ;
_ « le bénévole militant » qui s’attache aux valeurs du projet associatif dans une visée de transformation sociale.

  • Des pistes à mettre en place formation

Pour un bénévole, la formation est  un élément incontournable de son parcours.
qui vise à développer trois types de capacité :
 la capacité politique,
 la capacité technique,
 la capacité stratégique.
qui  prend en compte les dimensions :
 intellectuelles (analyse, et de réflexion),
 professionnelles (acquisition de compétences),
 opérationnelles (pédagogie, modes d’action),
 fonctionnelles et organisationnelles.
qui est au service :
 de la personne,
 du projet communautaire, associatif ou coopératif,
 de l’intérêt général.
Les démarches qui permettent d’intégrer des connaissances, de développer des savoir-faire et savoir-être, d’interroger l’action que l’on conduit, sont formatrices
Une multitude de situations et d’initiatives sont aussi  formatrices, si elles sont ressaisies a posteriori, qu’elles donnent lieu à une prise de recul et à une analyse individuelle et collective.
La formation pour lesorganismes communautaires, associatifs et coopératifs, est donc le moyen de la montée en compétence technique, stratégique et politique des individus et des groupes.

Il nous faut miser sur un plan de formation pour nos bénévoles.images (3)

Afin de protéger,encadrer ,récompenser, reconnaître et pérenniser votre bassin de bénévoles, offrez leur une formation !

Ils seront mieux outillés et pourront ainsi s’investir.

 

À bientôt sur le chemin de la formation  !

www.capdetformation.com 

logo fc reduitJE M AFFICHE POUR LA CULTURE - Copie (2) (273x304) (273x304) (273x304) - Copie

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s